Les réparations versées à l’ONU par Israël négligent les droits des victimes de Gaza

Amnesty International a déploré le fait que l’Organisation des Nations unies ait accepté 10,5 millions de dollars américains (soit environ 7,7 millions d’euros) de la part d’Israël, en dédommagement pour les dégâts occasionnés à des bâtiments onusiens lors du conflit de Gaza l’an dernier, alors qu’elle n’a pas obtenu d’indemnisations pour les victimes de ces attaques.

L’ONU a annoncé le 22 janvier que le gouvernement israélien avait versé ces réparations à la suite d’une enquête initiée par le secrétaire général Ban Ki-moon en février 2009, au sujet des offensives israéliennes ayant touché des locaux et personnels onusiens.

L’ONU a affirmé qu’avec ce paiement, les questions financières en rapport avec les attaques examinées dans le cadre de l’enquête étaient désormais réglées.

Toutefois, le rapport rendant compte de cette enquête avait spécifiquement recommandé que l’ONU cherche à obtenir réparation non seulement pour ses personnels et pour les civils tués ou blessés lors des opérations ayant touché ces locaux, mais également pour les victimes civiles d’autres attaques durant ce même conflit.

« L’acceptation de cette somme pour les dégâts occasionnés aux bâtiments de l’ONU ne saurait être autre chose que la première étape du processus de réparation des dommages provoqués par le conflit », a déclaré Amnesty International dans une lettre à Ban Ki-moon, envoyée le 22 février 2010 par Claudio Cordone, le secrétaire général par intérim d’Amnesty International.

« Les Nations unies ne peuvent rester sans réaction face à l’absence de réparations versées pour les centaines de femmes, d’hommes et d’enfants qui ont été tués et blessés ou aux milliers de personnes qui ont perdu des biens immobiliers lors du conflit de Gaza, en raison d’attaques menées en violation du droit international humanitaire. »

Lors de l’opération Plomb durci, l’offensive de 22 jours lancée par Israël contre Gaza (du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009), quelque 1 400 Palestiniens, dont plus de 300 enfants, ont perdu la vie à la suite d’attaques israéliennes, tandis que des centaines d’autres ont été blessés et des milliers d’habitations détruites.

Du côté israélien, le bilan s’élève à 13 morts, dont trois civils tués dans le sud d’Israël par des tirs aveugles de roquettes effectués par des groupes armés palestiniens.

Au cours de ce conflit, un certain nombre de bâtiments et d’opérations de l’ONU ont été touchés par des frappes militaires ; cela concerne notamment des écoles, un centre médical, une antenne de terrain et un convoi. Lors de plusieurs de ces attaques, des membres du personnel de l’ONU et des civils palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur ou à proximité des bâtiments ont été tués ou blessés.

Le 12 février 2009, Ban Ki-moon a établi une commission d’enquête dotée d’un mandat limité afin de mener des investigations sur les frappes dont des personnels et des locaux de l’ONU ont été victimes.

Le rapport complet de cette commission, qui n’a pas été rendu public, a été soumis le 21 avril à Ban Ki-moon, qui a par la suite diffusé un résumé des constats effectués.

En tout, neuf événements distincts ont été examinés par la commission, dont : le cas de l’école primaire pour garçons de Jabalia, administrée par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), atteinte de manière répétée, le 6 janvier 2009, par des tirs de mortier israéliens qui ont fait plus de 30 morts parmi les civils ; et le bombardement de l’école élémentaire de Beit Lahia, également gérée par l’UNRWA, le 17 janvier 2009, qui s’est soldé par la mort de deux enfants qui s’étaient réfugiés dans l’établissement.

La commission a déterminé que l’armée israélienne a, à maintes reprises, porté atteinte à l’inviolabilité de l’ONU, n’a pas fait d’efforts suffisants pour protéger les personnels de l’ONU ou les civils et, dans certains des cas examinés, est responsable des dommages aux locaux de l’ONU, et des blessures et des morts causées par les attaques israéliennes.

Concernant un épisode étudié par la commission, il a été établi que le Hamas ou une autre entité palestinienne était à blâmer pour les dégâts infligés à un entrepôt du Programme alimentaire mondial, près du point de passage de Karni, entre Israël et la bande de Gaza.

Amnesty International a souligné dans sa lettre que « les Nations unies ne peuvent renoncer à l’application » du droit à réparation des victimes d’atteintes au droit international humanitaire et en matière de droits humains, en particulier au droit à des réparations complètes et effectives.

L’organisation a engagé Ban Ki-moon à indiquer clairement au gouvernement israélien qu’il a l’obligation de veiller à ce que les victimes de violations commises par les forces israéliennes durant ce conflit bénéficient immédiatement d’un recours utile, et en particulier de réparations complètes et effectives.

Amnesty International a ajouté que Ban Ki-moon devait exhorter le Hamas à « verser des réparations aux victimes des violations perpétrées par le bras armé du Hamas et par d’autres groupes armés palestiniens » au cours du conflit.

LOTFI AZZOUZ
Directeur Exécutif
AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE
67, rue Om Kalthoum, Escalier B ,3 Eme Étage Tunis 1000
TEL : (+216) 71 353 417 FAX : (+216) 71 352 671
MOBILE: (+216) 98 911 226
SKYPE : lotfi.azzouz
BLOG :aitunisia.wordpress.com

Publicités

تعويضات إسرائيل إلى الأمم المتحدة تتجاهل حقوق ضحايا غزة

قالت منظمة العفو الدولية إن القلق يساورها لأن الأمم المتحدة قبلت مبلغ 10.5 مليون دولار أمريكي كتعويض من إسرائيل عن مباني الأمم المتحدة التي تضررت إبان نزاع غزة الذي اندلع في العام الماضي، من دون ضمان دفع تعويضات لضحايا الهجمات الفعليين.

ففي 22 يناير/كانون الثاني، أعلنت الأمم المتحدة أنها تلقت تعويضاً من حكومة إسرائيل عقب التحقيق الذي أوعز به الأمين العام بان كي- مون في فبراير/شباط الماضي في الهجمات التي شنتها القوات الإسرائيلية على موظفي الأمم المتحدة والمباني التابعة لها.

وقالت الأمم المتحدة إن المسائل المالية المتعلقة بالهجمات التي جرى التحقيق فيها قد  » سُويت » بدفع هذا المبلغ.

بيد أن تقرير هيئة التحقيق كان قد أوصى بشكل خاص بألا تقتصر الأمم المتحدة على المطالبة بالتعويضات لموظفي الأمم المتحدة والمدنيين الذين قُتلوا أو جُرحوا نتيجة للهجمات على مباني الأمم المتحدة فحسب، وإنما المطالبة بدفع تعويضات عن الضحايا المدنيين للهجمات الأخرى التي شنتها إسرائيل إبان القتال إيضاً.

وفي رسالة بعث بها الأمين العام المؤقت لمنظمة العفو الدولية كلاوديو كوردوني إلى بان كي – مون يوم الاثنين قالت المنظمة: « بالتأكيد، إن قبول هذا المبلغ كتعويض عن الأضرار التي لحقت بمباني الأمم المتحدة لا يمكن أن يكون سوى خطوة أولى على طريق إصلاح الأضرار التي سببها النـزاع. »

وأضاف كوردوني يقول: « ولا يجوز للأمم المتحدة أن تتجاهل عدم إنصاف مئات النساء والرجال والأطفال الذين قُتلوا أو جُرحوا أو آلاف الأشخاص الذين فقدوا ممتلكاتهم إبان نزاع غزة من جراء هجمات شكلت انتهاكاً للقانون الإنساني الدولي. »

وخلال عملية « الرصاص المسكوب »، وهو الاسم الذي أُطلق على الهجوم الإسرائيلي على غزة الذي دام 22 يوماً (من 27 ديسمبر/كانون الأول 2008 إلى 18 يناير/كانون الثاني 2009)، قُتل نتيجة للهجوم الإسرائيلي نحو 1400 فلسطيني، بينهم أكثر من 300 طفل، وجُرح مئات آخرون ودُمرت آلاف المنازل.
كما قُتل ثلاثة عشر إسرائيلياً، بينهم ثلاثة مدنيين قُتلوا نتيجة لإطلاق صواريخ عشوائية على جنوب إسرائيل من قبل جماعات فلسطينية مسلحة.

وخلال النـزاع أيضاً، استُهدف عدد من مباني الأمم المتحدة وعملياتها في ضربات عسكرية ألحقت بها أضراراً. وكان من بين تلك المباني مدارس ومركز صحي ومكتب ميداني وموكب للأمم المتحدة. وفي العديد من تلك الهجمات، قُتل أو جُرح موظفون في الأمم المتحدة ومدنيون فلسطينيون كانوا داخل تلك المباني أو بالقرب منها في ذلك الوقت.

وفي 12 فبراير/شباط 2009، شكَّل بان كي – مون هيئة تحقيق، تتمتع بنطاق صلاحيات محدود، لتتولى التحقيق في الهجمات التي شُنت على موظفي الأمم المتحدة ومبانيها في غزة.

وفي 21 أبريل/نيسان، قُدم التقرير الكامل لهيئة التحقيق، الذي لم يُعلن على الملأ، إلى بان كي – مون، الذي قام بنشر ملخص لنتائجه في وقت لاحق.

وقد قامت هيئة التحقيق بفحص ما مجموعه تسع حوادث، منها حادثة مدرسة جباليا الإعدادية للبنين التابعة للأمم المتحدة، التي ضٌربت مراراً بمدافع الهاون الإسرائيلية في 6 يناير/كانون الثاني 2009، وأسفرت تلك الضربات مقتل ما يزيد على 30 مدنياً، وحادثة قصف مدرسة لاهيا الابتدائية التابعة للأمم المتحدة في 17 يناير/كانون الثاني 2009، حيث قُتل طفلان كانا قد لجآ إلى المدرسة.

ووجدت هيئة التحقيق أن الجيش الإسرائيلي انتهك مراراً وتكراراً حرمة الأمم المتحدة، ولم يبذل جهوداً كافية لحماية موظفيها أو المدنيين الذين لجأوا إليها، وفي عدد من الحالات التي تم التحقيق فيها، كان مسؤولاً عن الأضرار التي لحقت بمباني الأمم المتحدة والإصابات والوفيات التي سببتها الهجمات الإسرائيلية.

وفي إحدى الحوادث التي حققت فيها الهيئة، وجدت أن حركة حماس، أو أحد الفاعلين الفلسطينيين الآخرين، كانت مسؤولة عن الأضرار التي لحقت بمخازن برنامج الغذاء العالمي بالقرب من معبر كارني بين إسرائيل وقطاع غزة.

وأكدت منظمة العفو الدولية في رسالتها على أنه لا يجوز للأمم المتحدة التنازل عن حقوق ضحايا انتهاكات القانون الدولي لحقوق الإنسان والقانون الإنساني الدولي في الحصول على الإنصاف، بما في ذلك جبر الضرر بصورة كاملة وفعالة.

وحثت منظمة العفو الدولية بان كي – مون على أن يوضح لحكومة إسرائيل أن من واجبها ضمان حصول ضحايا الانتهاكات التي ارتكبتها القوات الإسرائيلية إبان النـزاع على إنصاف فعال فوراً، بما في ذلك جبر الضرر بصورة كاملة وفعالة.
وقالت المنظمة إن بان كي – مون يجب أن يدعو حركة حماس إلى تقديم تعويضات إلى ضحايا الانتهاكات التي وقعت على أيدي الجناح المسلح لها وغيره من الجماعات المسلحة الفلسطينية إبان النـزاع.

LOTFI AZZOUZ
Directeur Exécutif
AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE
67, rue Om Kalthoum, Escalier B ,3 Eme Étage Tunis 1000
TEL : (+216) 71 353 417 FAX : (+216) 71 352 671
MOBILE: (+216) 98 911 226
SKYPE : lotfi.azzouz
BLOG :aitunisia.wordpress.com

Libye. La brève arrestation de professionnels de l’audiovisuel reflète une montée des attaques contre la liberté d’expression

Amnesty International salue la remise en liberté, ce mercredi 17 février, de quatre journalistes de l’émission de radio « Bonsoir Benghazi », arrêtés la veille après la suppression de la diffusion de leur émission le 14 février 2010. Ils ont été libérés après l’intervention, semble-t-il, de Saif al Islam al Kadhafi, l’un des fils du dirigeant libyen.

Amnesty International demande instamment aux autorités libyennes de lever la suspension de l’émission « Bonsoir Benghazi » et de ses journalistes et de veiller à ce qu’ils puissent, avec tous leurs collègues des médias, exercer librement leur droit à la liberté d’expression sans avoir à craindre d’actes de harcèlement ou une arrestation.

Muftah al Kibaili, réalisateur de l’émission « Bonsoir Benghazi » et trois autres membres de son équipe – Suleiman al Kibaili, Khaled Ali et Ahmed al Maksabi ont été arrêtés le 16 février vers 20 heures devant la maison de la radio, rue Abd al Min’im Riyad à Benghazi après une plainte, semble-t-il, du directeur de la station qui leur reprochait d’être entrés dans le bâtiment en dépit de l’interdiction qui leur en avait été faite. De sources journalistiques, ils auraient été arrêtés sur ordre du secrétaire du Comité populaire général de la Justice et de la Sécurité publique par des agents de sécurité qui sont arrivés à bord de plusieurs voitures.

Deux jours auparavant, selon certaines sources, le directeur de la station avait informé Muftah al Kibaili et Suleiman al Kibaili qu’ils étaient suspendus de leurs fonctions. Le 16 février, Ahmed Khalifa, journaliste membre de la même équipe, s’était vu refuser l’accès au studio de l’émission qu’il présentait.

Jusque là, l’émission « Bonsoir Benghazi » était diffusée tous les jours en fin de soirée et s’intéressait à des questions sociales touchant un vaste public, comme l’augmentation de la pauvreté et du chômage, la santé, le mariage et les services locaux. Elle abordait parfois aussi des sujets qualifiés de sensibles par les autorités libyennes, par exemple les soupçons de corruption et de dérives de la justice et les évènements de la prison Abou Salim de Tripoli en 1996, où des centaines de prisonniers auraient été tués par les forces de sécurité dans des circonstances qui restent à éclaircir plus de 13 ans plus tard. L’affaire d’Abou Salim intéresse particulièrement Benghazi, où les familles des victimes réclament avec force la vérité, justice et des réparations appropriées.

Ce n’est pas la première fois que « Bonsoir Benghazi » est la cible des autorités et que des professionnels de l’audiovisuel sont arrêtés. Adnan el Urfi, avocat, a été arrêté le 9 juin 2009 après la diffusion d’un sujet de l’émission « Bonsoir Benghazi » fin mai 2009, dans lequel il aurait dit que les règles du droit n’étaient pas respectées en Libye, illustrant ses propos par le récit des atteintes aux droits humains subies par un de ses clients. Il avait été inculpé d’insulte à fonctionnaire mais un tribunal de Benghazi avait prononcé un non-lieu le 12 septembre 2009. Selon le journal en ligne Libya Al Youm, Ahmed Khalifa, présentateur de l’émission « Bonsoir Benghazi » avait été convoqué par le Bureau du procureur général de Benghazi le 11 juin 2009 pour y être interrogé sur les déclarations faites par Adnan el Urfi.

« Bonsoir Benghazi » aurait également frôlé la suspension en novembre 2008 suite à l’appel d’un auditeur qui avait critiqué à l’antenne les manifestations de soutien à Saif al Islam al Kadhafi qui avait annoncé qu’il allait se retirer de la vie publique.

Complément d’information

L’arrestation de quatre membres de l’émission « Bonsoir Benghazi » intervient à un moment où la liberté d’expression et l’accès à l’information viennent de subir un sérieux revers en Libye. Depuis le 24 janvier, de nombreux sites basés à l’étranger affichant un contenu critique pour les autorités libyennes ou traitant de sujets sensibles tels que le bilan du gouvernement en matière de respect des droits humains sont bloqués par les autorités. En outre, YouTube n’est plus accessible depuis la Libye. Il contient des informations sur les évènements de 1996 dans la prison d’Abou Salim, ainsi que des vidéos de membres de la famille du dirigeant libyen Muammar al Kadhafi. Le 21 janvier, deux journaux, Oea et Cyrene, propriété de Al Ghad Media Corporation, une société privée libyenne associée à Saif al islam al Kadhafi, ont annoncé qu’ils ne paraîtraient plus en version papier mais seraient disponibles en ligne seulement. Selon certaines rumeurs, la Commission générale de la presse cesserait l’impression en raison du défaut de paiement de certaines factures par Al Ghad Media Corporation.

Le droit à la liberté d’expression est sévèrement restreint en Libye, à la fois en droit et en pratique. L’article 1 de la Loi n°76 de 1972 sur les Publications autorise la liberté d’expression, mais seulement dans la mesure où elle reste « dans le cadre des principes, valeurs et objectifs de la société » ; la Loi impose des restrictions sévères à la liberté de la presse et à a liberté de diffusion. De nombreuses dispositions dans le Code pénal libyen limitent sévèrement le droit à la liberté d’expression et sont utilisées pour réprimer les personnes soupçonnées d’être opposées au système politique actuel ou trop critiques.

Les journalistes, familles de victimes d’atteintes aux droits humains, militants politiques et autres qui critiquent les autorités ou cherchent à organiser des rassemblements ou des manifestations pour protester contre le gouvernement risquent une arrestation ou d’autres formes d’intimidation ou de harcèlement. Par exemple, l’écrivain Jamal al Haji est détenu dans la prison de Jdeida à Tripoli depuis le 9 décembre 2009. Il est inculpé d’insulte à magistrat suite à la plainte qu’il avait adressée au secrétaire du Comité populaire général de la Justice et de la Sécurité publique (dans les faits le ministre de la Justice libyen) pour dénoncer les mauvais traitements qu’il aurait subis lors de sa détention de février 2007 à mars 2009 ; il avait été arrêté pour avoir cherché à organiser une manifestation. Un autre prisonnier d’opinion, Abdelnasser al Rabbasi, purge actuellement une peine de 15 années d’emprisonnement dans la prison d’Abou Salim pour avoir « porté atteinte au prestige du chef de la révolution » dans un courriel adressé au journal Arab Times, critiquant Muammar al Kadhafi.

LOTFI AZZOUZ
Directeur Exécutif
AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE
67, rue Om Kalthoum, Escalier B ,3 Eme Étage Tunis 1000
TEL : (+216) 71 353 417 FAX : (+216) 71 352 671
MOBILE: (+216) 98 911 226
SKYPE : lotfi.azzouz
BLOG :aitunisia.wordpress.com

Une Syrienne arrêtée après avoir écrit un roman politique

Amnesty International demande la libération d’une auteure syrienne arrêtée au cours de la deuxième semaine de février, après avoir écrit un roman qui décrit la situation politique dans son pays durant les années 1990.

Raghdah Hassan est détenue au secret depuis qu’elle a été appréhendée, le 10 février, du côté syrien du point de passage d’al Arida, situé à la frontière entre la Syrie et le Liban. Elle risque d’être torturée ou de subir d’autres formes de mauvais traitements.

Son premier et unique roman, qui n’a pas encore été publié et dont le titre se traduirait par Les Nouveaux Prophètes, aborde des thèmes politiques à travers l’histoire d’amour de deux prisonniers syriens.

Trois jours après son arrestation, l’appartement de Raghdah Hassan, actuellement inoccupé, a été mis à sac et une version papier de son roman a été confisquée. Plusieurs publications politiques d’opposition ont également été saisies lors de la fouille, que l’on pense avoir été menée par les forces de sécurité syriennes.

« Nous pensons que l’arrestation de Raghdah Hassan est liée à son intention de publier un roman abordant des questions politiques délicates, et au fait qu’elle est soupçonnée d’être un membre actif d’un parti politique de l’opposition », a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du Programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Amnesty International croit savoir que Raghdah Hassan est actuellement détenue au bureau de la Sécurité politique à Tartous, une ville de la côte méditerranéenne du pays. La Sécurité politique est l’une des différentes forces de sécurité chargées d’arrêter, de placer en détention et d’interroger les personnes accusées d’infractions politiques. Les autorités syriennes n’ont pas dévoilé les raisons de l’arrestation de cette femme ni les charges retenues contre elle.

« Raghdah Hassan semble être une prisonnière d’opinion, détenue uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et, si tel est le cas, elle doit être libérée immédiatement et sans condition », a affirmé Philip Luther.

Raghdah Hassan a été interrogée à plusieurs reprises par la Sécurité politique vers la fin de l’année 2009, notamment lorsque des agents sont allés la voir chez elle et à son travail. Les autorités ont exigé qu’elle signe une déclaration lui faisant promettre de ne pas publier son roman mais elle a refusé.

Cette femme de 38 ans avait déjà été maintenue en détention pendant deux ans et demi, entre 1992 et 1995, sans avoir été jugée ni même inculpée, en raison de son appartenance supposée au Parti d’action politique (PAC). En 1995, elle avait été déférée devant la Cour suprême de sûreté de l’État et acquittée. Cette période passée en détention lui a inspiré son roman.

Des restrictions sévères pèsent sur la liberté d’expression et d’association en Syrie, restrictions favorisées par les lois relatives à l’« état d’urgence » en vigueur depuis 1964. Seuls le Parti Baas et certains autres qui y sont liés sont officiellement reconnus en tant que partis politiques en Syrie, où les organisations de défense des droits humains ne sont pas autorisées à mener leurs activités.

Les militants politiques, les défenseurs des droits humains, les blogueurs et les détracteurs du gouvernement sont en permanence harcelés, arrêtés de manière arbitraire et placés en détention. En mars 2009, Habib Saleh, qui milite en faveur de réformes, a été condamné à trois ans de prison pour « affaiblissement du sentiment national » et diffusion de « fausses informations » après avoir critiqué le gouvernement sur internet.

LOTFI AZZOUZ
Directeur Exécutif
AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE
67, rue Om Kalthoum, Escalier B ,3 Eme Étage Tunis 1000
TEL : (+216) 71 353 417 FAX : (+216) 71 352 671
MOBILE: (+216) 98 911 226
SKYPE : lotfi.azzouz
BLOG :aitunisia.wordpress.com

L’Iran affiche son mépris pour les droits humains en rejetant des recommandations de l’ONU

Ce 17 fevrier, Amnesty International a critiqué la décision de l’Iran de rejeter des recommandations importantes faites par les Nations unies dans le but d’améliorer la situation des droits humains dans ce pays.

Certaines des recommandations refusées par l’Iran portent sur : la fin des exécutions de mineurs délinquants, le respect des garanties d’équité des procès, les enquêtes sur les allégations de torture, de viol notamment, et la libération des personnes incarcérées simplement pour avoir exercé, pourtant pacifiquement, leurs droits fondamentaux.

C’est en outre une adhésion de pure forme que la délégation iranienne a exprimé à l’idée d’une coopération avec le Conseil des droits de l’homme.

S’il a effectivement accepté une recommandation l’appelant à coopérer avec les experts des droits humains de l’ONU, l’Iran en a rejeté plusieurs autres visant à permettre au rapporteur spécial sur la torture, mandaté par le Conseil, de se rendre sur place.

La délégation a accepté la recommandation relative au respect de la liberté de religion mais refusé celle concernant la fin des discriminations à l’égard des Baha’is.

« En refusant des recommandations spécifiques faites par des dizaines de pays, les autorités iraniennes ont affiché leur mépris des obligations internationales qui sont les leurs, tout comme elles le font déjà dans leur manière de traiter la population iranienne », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« En promettant d’étudier les recommandations sur l’élimination des exécutions de mineurs délinquants, les autorités iraniennes font cyniquement mine d’ignorer leur obligation existante, au titre de la Convention relative aux droits de l’enfant, de ne pas ôter la vie à ce type de délinquants », a ajouté Hassiba Hadj Sahraoui.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, dont le siège se trouve à Genève, a passé en revue le bilan de l’Iran en matière de droits humains, tandis que la délégation iranienne a réagi à une série de recommandations que leur ont présentées d’autres pays membres de l’ONU.

La délégation a accepté 123 recommandations, réservé son avis sur 20 autres et rejeté les 45 restantes.

Les nombreuses contradictions caractérisant le choix des autorités d’accepter ou de rejeter certaines recommandations laissent Amnesty International perplexe.

Le rejet désinvolte de certaines recommandations similaires à d’autres quant à elles acceptées jette le doute sur la volonté des autorités de suivre les recommandations validées.

L’Iran a affirmé que des enquêtes étaient en cours sur certains cas de torture et homicides survenus à la suite des troubles déclenchés par l’annonce des résultats de l’élection présidentielle de juin 2009.

Cependant, bien que certaines informations fassent état d’enquêtes parlementaires, nul ne semble avoir été traduit en justice pour l’homicide de Neda Agha Soltan, une manifestante pacifique abattue dans la rue en juin 2009, ou de Mohsen Ruholamini, mort en détention en juillet 2009.

En outre, les autorités ont rejeté certaines recommandations relatives aux enquêtes sur les allégations de torture et d’exécutions extrajudiciaires, perpétuant ainsi le climat d’impunité qui prévaut dans le pays.

Les autorités ont également déclaré qu’elles renforceraient leur coopération avec les organisations de défense des droits humains ; elles n’ont pourtant pas répondu aux nombreuses requêtes formulées par Amnesty International afin de rencontrer des membres de la délégation iranienne.

« Pour que la situation des droits humains s’améliore réellement en Iran, les autorités doivent en finir avec ce double langage et prendre des mesures concrètes, comme : mettre fin aux exécutions de mineurs délinquants ; faire le nécessaire pour favoriser des procès équitables ; mettre un terme à la pratique de la torture et en finir avec l’impunité pour toutes les violations. »

LOTFI AZZOUZ
Directeur Exécutif
AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE
67, rue Om Kalthoum, Escalier B ,3 Eme Étage Tunis 1000
TEL : (+216) 71 353 417 FAX : (+216) 71 352 671
MOBILE: (+216) 98 911 226
SKYPE : lotfi.azzouz
BLOG :aitunisia.wordpress.com

منظمة العفو الدولية تتحدث عن عملها مع معظّم بيغ وسجناء الأقفاص

بثت وسائل الإعلام الكثير من الآراء المتضاربة في الآونة الأخيرة حول عمل منظمة العفو الدولية مع معظّم بيغ وسجناء الأقفاص في ضوء تصريحات لجيتا ساهغال، الموظفة في منظمة العفو الدولية.

وخلافاً لما صرحت به جيتا ساهغال لوسائل الإعلام، لم يتم وقفها عن العمل في منظمة العفو الدولية لإثارتها هذه القضايا داخل منظمة العفو. فنحن، في الحقيقة، نرحب بصورة نشطة بالحوار الداخلي الحيوي. وحتى الآن، ظللنا نحافظ على السرية بخصوص هذه المسألة تمشياً مع سياستنا، ولكننا نرغب في تصحيح أمر طُرح بصورة خاطئة. وهذا لا يعكس عدم احترام المنظمة لعملها كناشطة من أجل حقوق المرأة ولا يقلل من أهمية العمل الذي قامت به على مدار السنوات القليلة الماضية كرئيسة لوحدة منظمة العفو الدولية المعنية بالنوع الاجتماعي.

فعملنا مع معظّم بيغ ظل يركز بصورة حصرية على تسليط الأضواء على انتهاكات حقوق الإنسان التي ارتكبت في خليج غوانتنامو، وعلى ضرورة أن تغلق حكومة الولايات المتحدة مركز الاعتقال وأن تقوم إما بالإفراج عمن تحتجزهم فيه أو بتقديمهم إلى المحاكمة. وكان معظّم بيغ من أوائل المعتقلين الذين أفرجت عنهم الولايات المتحدة دون توجيه تهمة إليهم، ولم يحدث أن وجهت إليه أية تهمة تتصل بجريمة إرهابية أو يقدم إلى محاكمة.

إن منظمة العفو الدولية كانت تأمل الكثير عندما وعد الرئيس أوبامو بإغلاق غوانتنامو، وترى أن من الممكن خفض مستوى حملتنا ضد قضية غوانتنامو والتركيز بصورة أكثر توسعاً على انتهاكات حقوق الإنسان ذات الصلة بالأمن والإرهاب. بيد أن هذا الوعد لم يتحقق، ونظراً لهذه الحقيقة، فإن منظمة العفو الدولية تواصل العمل مع معظّم بيغ ومع معتقلين سابقين آخرين للطلب من الحكومات الأوربية استيعاب من لا يستطيعون العودة إلى أوطانهم دون التعرض لمخاطر التعذيب أو غيره من ضروب سوء المعاملة.

إن منظمة العفو الدولية تواجه، في هذا العالم المعقد الذي يغلب عليه الاستقطاب، تحدي إيجاد السبل التي تمكنها من أن تبيِّن للآخرين بوضوح نطاق عملها مع الأفراد والجماعات. فمنظمة العفو كانت رائدة، وما زالت، في تبني حقوق معظم بيغ كمعتقل سابق في غوانتنامو. وهو يتحدث عن آرائه وعن تجاربه الشخصية،

وليس عن آراء وتجارب منظمة العفو. ولم يحدث أبداً أن استغل معظم بيغ منبراً تقاسمه مع منظمة العفو ليناهض حقوق الآخرين.

ومن نافلة القول إن لمنظمة العفو الدولية تاريخاً طويلاً من المطالبة بالعدالة – فدعَونا في حملة « فلنواجه الإرهاب بالعدالة » إلى وضع حد لانتهاكات حقوق الإنسان في غوانتنامو وفي غيره من الأماكن، وإلى تقديم المحتجزين هناك إلى ساحة العدالة، سواء بسواء، وإنما في محاكمات نزيهة تحترم الإجراءات القانونية المرعية.

بيد أن عملنا من أجل العدالة وحقوق الإنسان يتخطى تلك المسائل المتعلقة بمكافحة الإرهاب والأمن ليتناول طيفاً أرحب من ذلك بكثير. وقد أجرت منظمة العفو الدولية أبحاثاً لا يستهان بها حول طالبان وتنظِّم حملات من أجل وقف طالبان العنف ضد المرأة وتعزيز مساواتها بالرجل. كما نواصل اتخاذ موقف قوي ضد الانتهاكات التي ترتكبها الجماعات المتمردة و/أو الحكومات التي تقيم ممارساتها على أسس دينية وتسعى إلى فرض اشتراطاتها الدينية المتشددة، إسلامية كانت أو غير إسلامية، على الآخرين فتنتهك أحكام قانون حقوق الإنسان. وقد لا يشارك من ندافع عن حقوقهم في بعض الأحيان الآخرين آراءهم – ولكنهم جميعاً أهل للتمتع بحقوق الإنسان، وجميع حقوق الإنسان تستحق أن يدافَع عنها.

LOTFI AZZOUZ
Directeur Exécutif
AMNESTY INTERNATIONAL TUNISIE
67, rue Om Kalthoum, Escalier B ,3 Eme Étage Tunis 1000
TEL : (+216) 71 353 417 FAX : (+216) 71 352 671
MOBILE: (+216) 98 911 226
SKYPE : lotfi.azzouz
BLOG :aitunisia.wordpress.com

الأمين العام المؤقت لمنظمة العفو الدولية
كلاوديو كوردوني

ضد القمع الشامل بعد الانتخابات الرئاسية المتنازع عليها في جوان 2009 في إيران

Contre les répressions massives après l’élection présidentielle contestée de juin 2009 en Iran

Amnesty International dénonce les vagues de répression à l’issue de l’élection présidentielle de juin 2009. La contestation des résultats a déclenché des manifestations de masse, la répression a été et reste intense : arrestations, exécutions sommaires, détentions arbitraires, torture, viols en prison, parodies de procès. Des investigations menées par le gouvernement semblent s’inscrire dans une démarche visant à dissimuler la vérité plutôt qu’à la révéler.

Des dizaines de personnes ont été tuées par les forces de sécurité qui ont eu recours à une force excessive, des milliers ont été arrêtées, pour la plupart arbitrairement, beaucoup ont été torturées et soumises à de mauvais traitements. De nombreuses personnes ont été jugées de manière inique, notamment lors de procès collectifs « pour l’exemple » ; plus de 80 ont été condamnées à des peines de prison et au moins sept à la peine capitale.

A travers cette action, Amnesty International souhaite maintenir la pression sur les autorités iraniennes.Pour cela nous signons cette Pétition à l’attention du Guide suprême de la République islamique d’Iran, Ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei:

Excellence,

Nous sommes très inquiets de l’aggravation des violations des droits humains en République islamique d’Iran depuis l’élection présidentielle : arrestations le plus souvent arbitraires de milliers de personnes, tortures et mauvais traitements dans les prisons, procès iniques « pour l’exemple » pouvant conduire à la peine de mort, exécutions lors de manifestations.
En votre qualité de Guide surpême de la République d’Iran, nous vous demandons :
• conformément aux termes de la Constitution d’Iran et aux traités internationaux ratifiés par l’Iran de faire respecter les libertés d’expression, d’association et de rassemblement,
• de veiller au respect des normes internationales relatives à l’application des lois lors de manifestations,
• d’interdire la torture et de demander à ce qu’elle soit considérée comme un délit,
• de faire libérer ou de juger équitablement toute personne arrêtée ou détenue en cette période post-électorale,
• de faciliter la visite des Rapporteurs spéciaux sur la torture et les exécutions extrajudiciaires.

ضد القمع الشامل بعد الانتخابات الرئاسية المتنازع عليها في جوان 2009 في إيران
منظمة العفو الدولية تدين موجة القمع عقب الانتخابات الرئاسية في حزيران / يونيو/جوان 2009. التحدي المتمثل في النتائج أثار احتجاجات واسعة ، والقمع كان ولا يزال يمارس بشكل واسع حيث : اعتقالات مكثفة ، وعمليات الإعدام بإجراءات موجزة والاحتجاز التعسفي والتعذيب والسجن والاغتصاب ، ومحاكمات صورية.
التحقيقات التي أجرتها الحكومة على ما يبدو جزءا من محاولة لإخفاء الحقيقة بدلا من الكشف عنها
عشرات الأشخاص لقوا مصرعهم على أيدي قوات الأمن التي استخدمت القوة المفرطة واعتقل الآلاف ، ومعظمهم بصورة تعسفية ، وكثير منهم يتعرضون للتعذيب وسوء المعاملة.
كثير من الناس تمت محاكمتهم بشكل غير عادل وأثناء محاكمات جماعية على سبيل المثال فحكم على أكثر من 80 شخصا بالسجن وحكم على سبعة على الأقل بالموت .
من خلال هذا العمل ، تسعى منظمة العفو الدولية للحفاظ على الضغط على السلطات الإيرانية لاحترام حقوق الإنسان. ولهذا نوقع على هذه العريضة ونوجهها إلى المرشد الأعلى لجمهورية إيران الإسلامية ، آية الله سيد علي خامنئي :
صاحب السعادة ،
نحن قلقون جدا من تفاقم انتهاكات حقوق الإنسان في جمهورية إيران الإسلامية منذ الانتخابات الرئاسية : الاعتقالات التعسفية في أغلب الأحيان في حق الآلاف من الناس ، والتعذيب وسوء المعاملة في السجون ، والمحاكمات الجائرة والتي على سبيل المثال قد تفضي إلى عقوبة الإعدام وعمليات القتل خلال المظاهرات.
وبصفتكم المرشد الأعلى لجمهورية إيران الإسلامية، نطلب منكم:
* وفقا لأحكام الدستور في إيران والمعاهدات الدولية التي صادقت عليها إيران، احترام حرية التعبير وتكوين الجمعيات والتجمع.
* ضمان الامتثال للمعايير الدولية لإنفاذ القانون أثناء التظاهرات .
* حظر التعذيب، واعتباره جريمة.
* إطلاق سراح أو إجراء محاكمة عادلة لأي شخص يقبض عليه أو يعتقل في مرحلة ما بعد الانتخابات .
* تسهيل زيارة المقررين الخاصين المعنيين بالتعذيب والإعدام خارج نطاق القضاء